Download E-books Petite bibliothèque du marcheur PDF

Passionnés ou dilettantes, d’autres le furent avant vous et le dirent, de leurs mots sages ou fous. Nos petites bibliothèques recueillent ces paroles d’amateurs à l’adresse des amateurs, échos d’un même imaginaire. Des textes à lire et relire, à partager ou à garder pour soi, à portée de main.

À quoi sert de marcher ? Et d’où vient que nous sommes de plus en plus nombreux à randonner ? Marche-t-on différemment en ville, en montagne et en forêt ? Vaut-il mieux cheminer seul ou accompagné, avec ou sans objectif ? Le sac à dos – gage d’équilibre et maison portative – est-il essential au marcheur ? Quelle liberté, quel rapport à l’espace et au temps expérimente-t-on lorsque l’on est en direction ?

Dans les textes ici rassemblés, des poètes, des philosophes et d’autres écrivains marcheurs d’hier et d’aujourd’hui répondent à ces questions et à bien d’autres – témoignant chacun à sa façon de ce qui le fait marcher. De ce que l. a. méditation allante, l. a. vie motrice, pourvoyeuse d’énergie et de vigueur, a toujours été le meilleur rempart contre l. a. mélancolie.

Show description

Read or Download Petite bibliothèque du marcheur PDF

Similar Anthology books

The Howard Marks Book of Dope Stories

Publication through Marks, Howard

A Little Larger Than the Entire Universe: Selected Poems (Penguin Classics)

Writing obsessively in French, English, and Portuguese, Fernando Pessoa left a prodigious physique of labor, a lot of it less than "heteronyms"—fully fleshed adjust egos with startlingly diversified types and issues of view. supplying a special sampling of all his most famed voices, this assortment gains poems that experience by no means ahead of been translated along many initially composed in English. as well as such significant works as "Maritime Ode of Campos" and his Goethe-inspired Faust, written in clean verse, there are a number of beautiful poems that experience in basic terms come to gentle within the final 5 years. chosen and translated via best Pessoa student Richard Zenith, this is often the best creation on hand to the breadth of Pessoa’s genius.
* The translations are according to the main authoritative variations, validated opposed to the unique manuscripts
* comprises an creation discussing Pessoa, his paintings, and the phenomenon of "heteronymy" in addition to a chronology

Architecture Theory since 1968

Within the dialogue of structure, there's a winning sentiment that, on the grounds that 1968, cultural construction in its conventional experience can now not be understood to upward thrust spontaneously, as a question of social direction, yet needs to now be built via ever extra self-conscious theoretical tactics. the improvement of interpretive modes of varied stripes -- post-structuralist, Marxian, phenomenological, psychoanalytic, in addition to others dissenting or eccentric -- has given students a variety of instruments for rethinking structure when it comes to different fields and for reasserting architectures basic value in highbrow discourse.

The Hard SF Renaissance

Whatever interesting has been occurring in sleek SF. After a long time of misunderstanding, a number of the field's most sensible writers were returning to the subgenre known as, approximately, "hard SF"-science fiction inquisitive about technology and expertise, frequently with powerful event plots. Now, global fable Award-winning editors David G.

Additional info for Petite bibliothèque du marcheur

Show sample text content

4En français dans le texte, comme tous les passages en italique suivis d'un astérisque. BALADE D'HIVER Nous dormons et finissons par nous éveiller à l'immobile et silencieuse réalité d'un matin d'hiver. los angeles neige s'étend aussi duveteuse que du coton ou tombe sur l'appui de l. a. fenêtre. Le huge châssis et les carreaux givrés laissent passer une faible lueur tamisée, qui renforce l'ambiance douillette régnant à l'intérieur. Le calme et le silence du matin sont impressionnants. Le plancher craque sous nos pieds quand nous gagnons los angeles fenêtre pour regarder au loin, par-delà l'étendue dégagée des champs. Nous voyons les toits crouler sous leur fardeau de neige. Aux gouttières et aux clôtures pendent des stalactites de neige, et dans l. a. cour se dressent des stalagmites dissimulant ce qu'elles abritent en leur sein. Les arbres et les arbustes tendent des bras blancs vers le ciel dans toutes les instructions. Et là où se trouvaient des murs et des clôtures, nous voyons se déployer des formes fantastiques et folâtres dans le paysage encore sombre, comme si l. a. Nature avait, pendant los angeles nuit, parsemé les champs de nouvelles ébauches susceptibles de servir de modèles à l'art humain. Nous ouvrons l. a. porte en silence, en prenant soin de laisser tomber le monceau de neige, et faisons quelques pas dehors pour affronter l'air cinglant. Les étoiles ont déjà perdu un peu de leur éclat, et une morne brume de plomb ourle l'horizon. Une blême lumière d'airain à l'est annonce l'approche du jour, tandis qu'à l'ouest le paysage a encore quelque selected d'indistinct et de spectral, noyé dans une sombre lumière tartaréenne, pareil au royaume des ombres. Les seuls bruits que l'on entend ont l'air de venir des Enfers – les coqs qui chantent, les chiens qui aboient, le bois qu'on coupe, les vaches qui meuglent, tous ces bruits semblent provenir de los angeles basse-cour de Pluton et d'au-delà du Styx –, non pas qu'ils aient quelque selected de mélancolique, mais tout ce remue-ménage au crépuscule est trop solennel et mystérieux pour los angeles terre. Les lines fraîches du renard ou de l. a. loutre, dans l. a. cour, nous rappellent que chaque heure de l. a. nuit est le témoin d'une foule d'événements, que los angeles nature vierge est encore à l'œuvre et qu'elle laisse des strains dans los angeles neige. En ouvrant le portail, nous marchons d'un pas vif sur le chemin désolé à travers l. a. campagne, en faisant craquer l. a. neige sèche sous nos pieds, ou alors nous sommes arrêtés internet par le bruit sourd d'un traîneau, devant los angeles porte du fermier matinal chez lequel il a dormi tout l'été, en rêvant au milieu des copeaux et du chaume, qui s'apprête à partir pour le lointain marché. Et, à travers les monceaux de neige et les fenêtres saupoudrées de blanc, nous voyons l. a. bougie du fermier allumée dès potron-minet, comme une étoile pâlotte, émettant un distinct rayon, comme si une austère vertu y sonnait matines. Une à une, les fumées commencent à s'élever des cheminées au milieu des arbres et de los angeles neige. los angeles fumée monte en lourdes volutes d'un profond vallon, Explorant le ciel engourdi à l'aube, Et nouant lentement connaissance avec le jour ; Prenant tout son temps pour suivre son cours, Folâtrant au gré d'un entrelacs flâneur, Suivant un yet aussi incertain, avec des gestes aussi lents Que son maître à moitié réveillé près de l'âtre, Dont l'esprit encore endormi et les pensées engourdies Ne se sont pas encore engouffrés dans le courant ascendant Du jour nouveau : los angeles voici qui flotte au loin, Tandis que le bûcheron d'un pas résolu S'en va donner le tout most suitable coup de hache.

Rated 4.54 of 5 – based on 20 votes